Association française d'audiodescription (AFA)

Le « plan déficients visuels » de Xavier Bertrand et Gilbert Montagné : du bruit pour pas grand-chose

Posted on: 31 mai 2011

Le 2 juin 2008, Xavier Bertrand – alors Ministre en charge du handicap – et le chanteur aveugle Gilbert Montagné constataient que l’application de la loi de 2005 sur le handicap «exige des adaptations pour tenir compte de la spécificité des besoins de certains handicaps». Ils annonçaient donc, haut et fort, l’adoption d’un « plan déficients visuels 2008-2011 ». Suivant ce qui semble être devenu la griffe de la gouvernance actuelle, après les roulements de tambour et effets d’annonce, rien du tout ou si peu de choses… Nous relayons ici une tribune de Philippe Chazal, président de la CFPSAA, ainsi qu’un appel à manifester le 8 juin de la Fédération des Aveugles et Handicapés Visuels de France.

Photo montage : la boîte à gifles - jean-marc plumauzille

Boîte à gifles

Les 22 mesures de ce plan 2008-2011 «pour une intégration pleine et entière des personnes aveugles et malvoyantes à la vie de la cité» (PDV). avaient pour ambition de permettre à ces personnes d’exercer l’ensemble des droits reconnus à tous les citoyens et notamment ceux de vivre :

– dignement avec le handicap,
– de façon autonome,
– pleinement leur citoyenneté.

Nous y avons cru ! Comptant tant sur les engagements du Ministre que sur la notoriété du chanteur pour faire avancer les choses. Le 14 janvier 2009, un premier Comité de Suivi auquel la Confédération Française Pour la Promotion Sociale des Aveugles et des Amblyopes (CFPSAA) participait, se réunissait. Ce fut le seul !

Pour justifier leur inaction, nos interlocuteurs invoquèrent la crise économique, les changements de ministres et les lenteurs de l’administration : rien que de faux prétextes. En fin d’année 2010 Gilbert Montagné quittait subrepticement son poste de Secrétaire de l’UMP en charge du handicap, pensant peut-être se dédouaner ainsi de toute responsabilité.

Des lots de consolation

Soyons honnêtes, reconnaissons que depuis trois ans l’audiodescription, l’accès aux livres, l’étiquetage des médicaments et des produits de consommation courante ont progressé, c’est sans doute par ce qu’ils étaient sur la table bien avant la parution du PDV !

Des promesses qui ne sont que du vent

Nous ne reprendrons pas ici les 22 mesures attendues, financées, en un mot promises dans un délai de 3 ans. Les plus emblématiques devaient permettre aux quelques 60.000 personnes aveugles et aux 270.000 malvoyants profonds de «vivre mieux avec leur handicap». Rien n’a été fait, elles devront «continuer à galérer», tout simplement. Citons les déceptions les plus criantes:

– Améliorer la prise en charge des personnes âgées qui deviennent malvoyantes: mesure 7. Bien au-delà de la simple application du PDV, cette amélioration aurait dû résulter de la mise en œuvre de la loi 2005 sur le handicap qui prévoit sans ambiguïté la disparition totale des barrières d’âge pour l’attribution de la Prestation Compensatrice du Handicap (PCH), dans un délai de cinq ans après la promulgation de la loi. L’Etat, pourtant garant de cet engagement, refuse de s’y soumettre. Pire, une Ministre n’hésite pas, lors de réunions publiques, à menacer les personnes handicapées de perdre leurs avantages si elles persistent à réclamer l’entrée en vigueur de ce texte. La CFPSAA a déposé un Recours pour Excès de Pouvoir devant le Conseil d’Etat en juin 2010.

– L’emploi des déficients visuels, tant au sein des Administrations que des entreprises privées, (mesure 11) n’a jamais été aussi catastrophique: l’Etat se désengage vis-à-vis des organismes créés pour faciliter l’emploi des personnes handicapées. L’inaccessibilité de la plupart des sites publics et de certains logiciels libres utilisés sur les lieux de travail freine l’embauche et même le maintien dans l’emploi des déficients visuels. Depuis 2005, les employeurs préfèrent, pour respecter la loi, engager des personnes atteintes d’un handicap léger, ce qui exclut, de fait, aveugles et malvoyants profonds. Au lieu de progresser, on recule !

– En matière d’accessibilité, si l’on constate une certaine amélioration de la sécurité dans les transports pour les déficients visuels (mesure 14) grâce à l’application de normes européennes et à l’engagement de certains partenaires (SNCF, RATP…), il n’en va pas de même pour les aménagements de la voirie et des espaces publics: la multiplication de pistes cyclables à contresens dans les rues à sens unique, et de celles qui, de plus en plus souvent, empruntent les trottoirs, aggrave encore nos difficultés de circulation. Mais une menace plus sérieuse se profile: depuis plus d’un an, la CFPSAA s’investit pour sensibiliser les Pouvoirs Publics et les constructeurs de véhicules électriques à la nécessité de sonoriser ces derniers, faute de quoi les personnes aveugles qui se repèrent au son du flot du trafic risquent de ne plus pouvoir circuler seules.

– Rien de fait non plus dans le domaine de la formation d’’instructeurs en locomotion (mesure 15) et d’éducateurs en activité de la vie journalière (mesure 18), autant de vœux pieux, sans le moindre début de commencement d’action pour aller dans ce sens. Si ce n’est un dossier que prépare la CFPSAA pour demander l’inscription de ces professions au RNCP, il lui en a déjà coûté plus de 20.000 euros !

– Encourager le recours à une aide animalière : mesure 5. Bien que 150.000 Euros aient été prévus pour réaliser cette mesure, elle est restée lettre morte. Faute d’information, les professionnels refusent encore de laisser le maître et son chien accéder à tous les lieux publics; la commission chargée de labelliser les écoles de chiens guides, et ainsi de garantir la qualité de la formation de l’animal, ne s’est plus réunie depuis le 5 juin 2009, elle devait le faire au moins une fois par an; la seule campagne d’information sur le sujet a été initiée, sans aucune aide publique, par une association membre de la CFPSAA.
– Les appareils de la vie quotidienne vocalisés (mesure 17) se comptent toujours sur les doigts de la main, et les 114.000 Euros prévus pour améliorer ce secteur se sont volatilisés! Gageons qu’ils n’ont pas été perdus pour tout le monde !

– Améliorer l’accès aux aides techniques (mesure 4). Un monopole à la limite de la légalité maintient les prix des aides techniques à un niveau inacceptable de sorte que les fonds départementaux de compensation, lorsqu’ils existent encore, ne peuvent atténuer le «reste à charge» financé par les utilisateurs. Un logiciel JAWS coûte plus de 1.500 Euros, une plage braille quelques 5.000 Euros, le montant de la PCH pour financer ces aides est limité à 3.960 Euros sur une période de 3 ans. Le PDV n’a rien changé.

– La mesure 22 prévoyait enfin de «mettre Internet au service de l’autonomie des personnes déficientes visuelles»: c’est hélas, de plus en plus souvent, le contraire qui se produit. Les sanctions prévues à l’encontre des contrevenants publics ou privés aux dispositions législatives régissant l’accessibilité des sites se sont transformées en simples incitations, ôtant ainsi toute portée à ces dispositions. Les sites publics (CNAF, Pôle Emploi,…) restent inaccessibles, les logiciels (Open Office) très employés dans la Fonction Publique demeurent inutilisables par les déficients visuels malgré nos demandes réitérées auprès du Ministre en charge de ce secteur.

Privés de gâteau

Dans ces conditions, les 31 associations qui composent la CFPSAA ont unanimement décidé de ne pas fêter, le 2 juin prochain, un anniversaire aussi désastreux. Xavier BERTRAND et Gilbert MONTAGNE seront privés de gâteau, mais surtout les déficients visuels, une fois encore, ne pourront que constater qu’on les a payés de mots! Pour la CFPSAA, le constat est amer et le temps des naïvetés passé. Cet échec pèsera sur la Conférence Nationale du Handicap du 8 juin prochain en présence du Président de la République, mais aussi et surtout dans les mois qui viennent qui, n’en doutons pas, seront riches en promesses.

Philippe CHAZAL
Président de la CFPSAA

Appel à manifester le 8 juin, à l’occasion de la Conférence Nationale du Handicap

La Fédération des Aveugles et Handicapés Visuels de France adressait le 27 mai un courrier à ses membres, les invitant à se retrouver le 8 juin prochain, devant le Centre Georges Pompidou, à l’occasion de la Conférence Nationale du Handicap, pour affirmer leur détermination à construire une France accessible à tous. «Faut être nombreux aujourd’hui pour être bien vus !», slogan qui fait un clin d’oeil à la campagne de communication choc lancée par la Fédération en début d’année sur le thème “Faut être qui aujourd’hui pour être bien vu ?”… La FAF compte aujourd’hui sur toutes les associations amies pour mobiliser adhérents et sympathisants.

Mercredi 8 juin 2011
14h00 à 18h00
Place Stravinsky
(face à l’entrée des officiels, dos aux statues de Nicky de Saint Phalle)

Melle Julie Bertholon de la Fédération des aveugles de France coordonne cette action. Nous vous remercions de bien vouloir lui communiquer le nombre, les noms et prénoms des participants et préciser si ces personnes sont déficientes visuelles ou guides, par courriel, avant le 3 juin, à l’adresse : j.bertholon@faf.asso.fr

Pour un panorama complet du cadre légal entourant l’audiodescription, consultez notre page Cadre Légal.

haut de la page Accueil

Publicités

3 Réponses to "Le « plan déficients visuels » de Xavier Bertrand et Gilbert Montagné : du bruit pour pas grand-chose"

Bonjour,

Pour information il y a un accès sur la home page http://www.pole-emploi.fr pour les déficients visuels. Il renvoie directement vers la page handicapzero qui diffuse 100% des offres et aux différentes aides…

Bonjour,

Les promesses, c’est bien connu, n’engagent que ceux qui les écoutent et sont assez naïfs pour y croire !

L’ennui, c’est que M. Montagné nous a déjà bernés, un certain jour de décembre 2004, lorsqu’il prétendait se mettre en grève de la faim… Vous souvenez-vous ?
Alors il avait dit que le Gouvernement tiendrait ses promesses… Et le CNPSAA avait gentiment renvoyé les manifestants dans leurs foyers, au bout d’un quart d’heure seulement de rassemblement dans la neige et le froid…
J’y étais, je n’ai pas oublié !

Sept ans après, j’entends la déception de M. Chazal, et l’appel à manifester de M. Michel.
J’entends, mais je n’adhère pas.
Un manifeste à signer par-ci, une pétition par-là, un rassemblement parisien par-ci, un article par-là… Tout ceci me semble bien gentillet comme réaction, bien décousu, bien tardif, aussi.

Mais quand donc les associations qui sont censées nous représenter, arrêteront-elles de jouer notre partition en sourdine ?
Quand donc impliqueront-elles vraiment les milliers d’aveugles et de malvoyants de France, dans un vrai combat, au lieu de pratiquer entre hauts responsables des joutes amicales avec le Gouvernement ?
Quand donc ces associations entreprendront-elles vraiment la lutte ensemble, au lieu de faire chacune de leur côté des actions qui ressemblent plus à des coups médiatiques qu’à des plans stratégiques ?
Quand donc verra-t-on toutes les associations de personnes handicapées revendiquer ensemble, et avec d’autres mécontents, une société où chacun ait sa place, au lieu de réclamer chacun pour soi une part du gâteau, comme si nous vivions dans des mondes différents ?

Il me semble que l’enjeu est là, dans cette capacité que vont, ou non, se donner les associations, grandes et petites, quel que soit leur objet, de lutter ensemble et partout pour un autre choix de société que celui qui est actuellement proposé.
Ce sont ces actions en réseau qui, à mon avis, peut-être, feront bouger quelque chose.

Les aveugles ne vivent pas dans un monde à part. Il est temps que leurs associations inversent la vapeur, et qu’au lieu d’en rassembler quelques-uns bien gentiment de temps en temps devant un bâtiment parisien, elles organisent des mobilisations vraiment nationales, donc locales.
Qu’elles mobilisent aussi, pour que des gens dûment formés nous reprézentent partout où cela est possible.
Qu’elles donnent envie aux handicapés visuels de s’impliquer dans la vie sociale de leur lieu de résidence, et pas seulement là où on les attend, dans les associations au service des handicapés visuels !
Nous devrions pouvoir participer activement et sur le long terme, aux luttes de tous ceux qui espèrent un autre monde, un monde pour tous !
Nous ne ferons pas changer le regard de la société sur nous, si nous continuons à nous mettre à l’écart de cette société.

Messieurs nos représentants, un peu plus de mordant, s’il vous plaît !
Sans quoi, nous pourrions bien attendre autant que Soeur Anne, et même davantage, pour voir quelque chose de concret venir !
Au moins, dans le conte, Anne a attendu, mais les frères sont venus et l’histoire s’est bien finie !

Et de grâce, ne nous dites pas que si nous vous donnons des sous, vous nous promettez que chaque euro sera dépensé à bon escient.
Cette promesse-là, qui la croira après les scandales qui ont secoué plusieurs fois le monde associatif, le monde politique, la finance ?
Non, messieurs, plus de promesses !
Mais des actes !
Merci.

[…] 31 mai nous avions relayé un message de Gilles Chazal, Président de la Confédération Française Pour la Promotion Sociale des Aveugles et des […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Cliquez pour recevoir les notifications de nouveaux articles par e-mail (un message de validation vous sera envoyé).

Rejoignez 229 autres abonnés

Abonnement RSS Wikio

http://www.wikio.fr
© 2008-2013 Association française d'audiodescription
%d blogueurs aiment cette page :