Pas d’Audiodescription sur les DVD et Blu-Ray de THE ARTIST

Photo du boitier DVD de The Artist
Bonne nouvelle :
THE ARTIST, le film multi-Césarisé et Oscarisé de Michel Hazanavicius est sorti le 14 mars 2012 en DVD et Blu-Ray Chez Warner.

Mauvaise nouvelle : Comme pour Des hommes et des dieux, l’audiodescription réalisée par l’AVH et l’AFA avec le soutien de la Fondation Orange ne figure sur aucun des deux supports.
Quel dommage ! Car le film avec Jean Dujardin et Bérénice Béjo (premier long métrage muet audiodécrit) était très attendu par nombre d’aveugles et de malvoyants.

En attendant une hypothétique réédition en DVD et Blu-Ray de THE ARTIST avec son audiodescription, vous pourrez toujours vous consoler en découvrant ce beau film muet (et son audiodescription) pendant la 3ème édition Festival Audiovision Valentin Haüy qui aura lieu du 27 avril au 6 mai à l’UGC Gobelins à Paris.

haut de la page d’accueil

À venir : 3ème Festival Audiovision Valentin Haüy

Affiche du 3ème festival Audiovision Valentin Haüy

Fort du succès des années précédentes, le Festival de l’Audiovision Valentin Haüy vous donne rendez-vous pour une 3ème édition du 27 avril au 6 mai à l’UGC Gobelins à Paris.

Une nouvelle fois les personnes aveugles et malvoyantes pourront découvrir au cinéma des films récents en Audiovision. L’ensemble de la programmation, les horaires et les tarifs seront disponibles prochainement.

De nombreux films à l’affiche cette année :

  • A l’Aveugle
  • The Artist
  • La Guerre est déclarée
  • Le Prénom
  • Lock Out
  • Sur la Piste du Marsupilami
  • Un Monstre à Paris
  • The Lady
  • Tree of Life

UGC GOBELINS
66 bis, avenue des Gobelins – 75013 PARIS
Métro : Stations Gobelins et Place d’Italie
Bus : Lignes 27, 47 et 83 – Arrêts Place d’Italie, Mairie du XIIIème

haut de la page d’accueil

« CHEZ GINO » de Samuel Benchetrit en DVD avec Audiodescription

Présenté au cinéma lors du 2ème Festival du film en Audiovision Valentin Haüy, Le film de Samuel Benchetrit : Chez Gino, audiodécrit pour Studio 37 par l’AVH et l’Association française d’Audiodescription, est disponible depuis le 27 septembre 2011 en DVD.

Affiche du film : Chez Gino
Avec José Garcia, Anna Mouglalis, Samuel Benchetrit, Sergi Lopez, Ben Gazzara…

Long métrage : français espagnol
Genre : Comédie
Durée : 01h40mn
Année de production 2011
Distributeur : Studio 37

Audiodescription écrite par Dune Cherville et Marie-Luce Plumauzille (AFA) pour l’AVH

Gino, installé depuis trente ans à Bruxelles, tient une pizzéria achetée avec les économies de son épouse Simone.
Sa vie est bouleversée par la nouvelle de la mort prochaine de son oncle d’Italie, un parrain de la mafia rendu milliardaire par ses activités illicites. Une grosse part d’héritage est promise à Gino. Seul hic, il lui faut pour la toucher, prouver à son oncle, qu’il est bien devenu, comme il le lui a raconté, un redoutable parrain régnant sur toutes les pizzérias bruxelloises. Gino commande alors à un réalisateur, un documentaire sur lui et sa famille censé les présenter comme des truands de grande envergure.
Seulement le tournage ne se passe pas tout à fait comme prévu, sa famille se rebelle, l’équipe se montre récalcitrante aux ordres de Gino qui a tendance à se prendre pour son personnage et quand un vrai mafieux, persuadé qu’il a affaire à un nouveau concurrent s’en mêle, c’est la panique.

Source photo et synopsis : Allo Ciné

haut de la page Accueil

« La fille du puisatier » de Daniel Auteuil en DVD et Blu-Ray avec Audiodescription

Présenté au cinéma lors du 2ème Festival du film en Audiovision Valentin Haüy, Le film de Daniel Auteuil : La fille du puisatier, audiodécrit pour Pathé par l’AVH et l’Association française d’Audiodescription, est disponible depuis le 05 octobre 2011 en DVD et Blu-ray.
Affiche de La fille du puisatier
Avec Daniel Auteuil, Kad Merad, Sabine Azéma, Jean-Pierre Darroussin, Nicolas Duvauchelle, Astrid Berges-Frisbey, Émilie Cazenave et Marie-Anne Chazel.

Long métrage français
Genre : Drame, Romance
Durée : 01h47mn
Année de production 2011
Distributeur : Pathé Distribution

Audiodescription écrite par Séverine Skierski et Marc Vighetti (AFA) pour l’AVH

En coupant à travers champs pour aller porter le déjeuner à son père, Patricia rencontre Jacques. Elle a dix-huit ans, il en a vingt-six. Elle est jolie, avec des manières fines de demoiselle ; il est pilote de chasse et beau garçon. Un peu de clair de lune fera le reste à leur seconde rencontre. Il n’y aura pas de troisième rendez-vous : Jacques est envoyé au front. Patricia attendra un enfant de cette rencontre. Les riches parents du garçon crieront au chantage, Patricia et son père, le puisatier, auront seuls la joie d’accueillir l’enfant. Une joie que les Mazel leur envieront bientôt et chercheront à partager, car Jacques est porté disparu…

Source synopsis : Allo Ciné 

haut de la page Accueil

Deuxième Festival de l’Audiovision : programmation en régions

Le Festival de l’Audiovision, organisé par l‘Association Valentin Haüy permet de faire connaître l’un des engagements majeurs de l’association qui est de rendre accessibles pour tous les œuvres audiovisuelles. Une accessibilité qui se traduit aussi par la volonté de décentraliser l’événement : après une première phase à l’UGC Créteil, du 4 au 10 mai 2011, le festival se poursuit par des projections en région.

__________________

Vendredi 13 mai 2011, au Gaumont Multiplexe, à Montpellier

Contact : Comité AVH de Montpellier – Tél : 04 67 72 23 54
comite.montpellier@avh.asso.fr

Séance 1 : « Le discours d’un roi » à 16 h 40
Séance 2 : « La fille du puisatier » à 19 h 45

Vendredi 20 mai 2011, au Pathé Bellecour, à Lyon

Contact : Comité AVH de Lyon – Tél : 04 78 52 42 90
comite.lyon@avh.asso.fr

Séance 1 : « La fille du puisatier » à 10 h 45
Séance 2 : « La fille du puisatier » à 15 h 45

Mercredi 25 mai 2011, au Méliès, à Villeneuve d’Ascq

Contact : CLIPA – Tél : 06 84 72 94 69
Contact.Clipa@orange.fr

Séance 1 : « Je n’ai rien oublié » à 15 h 30
Séance 2 : « Je n’ai rien oublié » à 20 h 00

Jeudi 26 mai 2011, au Majestic, à Lille

Contact : Comité AVH de Lille – Tél : 03 20 57 62 49
comite.lille@avh.asso.fr

Séance 1 : « La fille du puisatier » à 14 h 00
Séance 2 : « Des hommes et des Dieux » à 16 h 15

Vendredi 27 mai 2011, au Duplex, à Roubaix

Contact : Comité AVH de Lille – Tél : 03 20 57 62 49
comite.lille@avh.asso.fr

Séance 1 : « L’homme qui voulait vivre sa vie » à 14 h 00

Programmation en cours fin mai/juin, à Nice
Contact : Comité AVH de Nice – Tél : 04 93 84 06 23
comite.nice@avh.asso.fr

haut de la page Accueil

RFI : « voir » avec les oreilles est possible…

Logo de RFINous essayons de rendre compte des différents articles et reportages que consacrent les médias à l’audiodescription à l’occasion du deuxième festival de l’Audiovision. L’ensemble de ces éléments est regroupé dans notre page Médias. Dominique Desaunay de RFI consacrait le 6 mai un article au procédé.

L’Audiovision est un procédé qui permet de rendre accessibles des films, des spectacles ou des expositions aux personnes non-voyantes ou malvoyantes grâce à un texte en voix-off. Ce n’est pas vraiment de la technologie mais bien une innovation qui donne un nouveau sens aux images vidéo à la télé ou sur les écrans de cinéma. « Voir » avec les oreilles est possible.

Devant le succès de sa première édition en 2010 et pour pallier une offre cinématographique toujours trop faible, l’Association Valentin Haüy propose, à Créteil, jusqu’au 10 mai 2011 aux personnes aveugles et malvoyantes un événement exceptionnel : un festival pour découvrir au cinéma dix films récents en Audiovision.
Cette technique permet aux non-voyants et malvoyants de mieux suivre et comprendre un film sans voir les images. Le procédé consiste à insérer dans « le blanc des dialogues » une voix-off décrivant les éléments purement visuels du film : action, mouvements, expressions, décors, costumes…

Une réécriture des bandes sons de films

Pour une projection en salle de cinéma ou une représentation théâtrale, la personne handicapée est équipée d’un casque sans fil qui va lui permettre de suivre, en toute autonomie, le film ou la pièce en compagnie de spectateurs voyants. Mais aveugle ou pas, l’effet obtenu à l’aide de ce procédé de réécriture des bandes sons de films est tout à fait saisissant, le niveau d’excellence de la narration ajoutée aux œuvres cinématographiques donne aux utilisateurs le sentiment que ces films audio-décrits sont, avant tout, de magistrales pièces de théâtre radiophoniques.

L’AudioVision n’est donc pas une prouesse technologique, mais une innovation majeure, qui peut plaire à tout le monde… et on se demande pourquoi les sites de diffusion de vidéos comme YouTube et autres Dailymotion ne proposent pas de l’audio description sur les clips qu’ils proposent … Peut être sommes-nous victimes d’un siècle où, ce que l’on voit, est considéré comme essentiel, et ce qu’on entend, comme un gadget, une fantaisie, pour des internautes dépourvus d’oreilles et définitivement sourds.

Quant à l’usage possible de ce système, dans le cadre de projection familiale ou en groupe devant un téléviseur ou de diffusion par une chaîne : l’AudioVision peut-être écoutée directement sur les haut-parleurs ou sur le home cinéma ou plus simplement sur un baladeur, sans les images donc.

La technique a atteint aujourd’hui un haut niveau de qualité, mais la diffusion du procédé reste encore assez confidentielle en France. De plus, l’information du public des non et malvoyants sur les films audiodécrits, les DVD disponibles, les programmes de télévision en audiodescription est rare et dispersée. L’Association Valentin Haüy met tout en œuvre pour remédier à cette situation.

Dominique Desaunay 

Voir l’article sur le site de RFI.

haut de la page Accueil

Rue89 : Les aveugles pas les bienvenus dans les salles de ciné françaises ?

L’article de Jeanne Portal –  au titre évidemment provocateur et écrit à l’occasion du 2ème Festival de l’Audiovision se déroulant actuellement à Créteil – revient sur le pourquoi et le comment du procédé, et pointe du doigt le manque d’intérêt du monde du cinéma, à l’heure du numérique qui rend pourtant l’audiodescription bien plus abordable… Les articles relatifs au 2ème Festival de l’Audiovision sont regroupés dans notre page Médias.

Photo : un casque devant les yeux (Nicolas Larzul/Flickr/CC)Le cinéma n’est pas fait pour les aveugles. C’est la vérité inavouée des propriétaires des grandes salles et des producteurs qui excluent bien trop souvent les malvoyants de leur programmation.

Malgré quelques avancées législatives, principalement à la télévision, dues à des directives fortes émises par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) en octobre, les choses évoluent encore trop lentement au cinéma.

Alors qu’on estime à 6 000 le nombre de non-voyants et à plus d’un million celui des malvoyants (moyens et profonds), seulement une dizaine de salles françaises proposent, ponctuellement, des films « audiodécrits ». […]

Pour promouvoir cette technique, qui permet au passage à des voyants et des non-voyants d’aller ensemble au cinéma, l’AVH organise du 4 au 11 mai 2011 à l’UGC Ciné-Cité de Créteil le deuxième Festival du film en audiovision Valentin Hauy.

L’occasion de rappeler combien l’accès à la culture et au divertissement des personnes aveugles et malvoyantes reste lacunaire. Patrick Saonit, responsable du service audiovision d’AVH :

« Excepté nos initiatives, il y a dans toute la France, seulement deux à trois séances par semaine. On accuse un vrai retard par rapport à des pays comme la Grande-Bretagne ou les Etats-Unis, qui ont déjà équipé presque tous leurs cinémas à l’audiovision. » […]

Patrick Saonit veut aussi sensibiliser les professionnels du cinéma :

« Les malvoyants représentent un public assez nombreux et intéressant pour les producteurs et propriétaires de cinéma. Nous sommes nous-mêmes très surpris par l’afflux de spectateurs, notamment en province. Pour le film “Rien à déclarer”, de Dany Boon, projeté à Roubaix, 125 malvoyants sont venus à la première séance. »

D’autant qu’avec l’arrivée des projecteurs numériques dans les salles, les cinémas français n’ont plus d’excuses :

« Jusqu’à présent, le matériel était cher. Mais avec le numérique, l’audiodescription pourra être accessible dans toutes les salles pour quelques centaines d’euros. Les propriétaires des cinémas n’auront besoin d’aucun matériel, seuls les casques devront être achetés. Il faut compter entre 50 et 300 euros par casque. »

Lire l’intégralité de l’article sur Rue89 (comprenant des exemples audio et vidéo d’audiodescriptions).
À voir également les autres articles que Rue89 a consacré à l’audiodescription : « Télé pour aveugles : que voit-on quand on écoute un film ? » et « Audiodescription et films X ».

Source photo : « Un casque devant les yeux », Nicolas Larzul/Flickr/CC

haut de la page Accueil